Comment bien choisir son oscilloscope ?

L’oscilloscope permet de faire les mesures caractéristiques des signaux électriques. C’est un outil indispensable pour tout ingénieur. Pour de nombreux ingénieurs, choisir son oscilloscope peut être un vrai casse-tête. Il existe des centaines de différents modèles à des prix et spécifications très variables.

Les caractéristiques d’un oscilloscope

La première caractéristique à considérer est la largeur de bande. C’est en fait la fréquence la plus élevée qu’un signalement peut envoyer. Ce signalement peut traverser facilement les amplis d’entrée. De ce fait, la taille de la bande analogique de l’oscilloscope doit être plus grande que la fréquence maximale que l’on veut mesurer. La force de la mémoire est le côté le moins connu d’un DSO, mais c’est aussi un des aspects les plus importants. Les DSO sont capables de stocker des échantillons pris dans une mémoire-tampon. Donc, pour un niveau d’échantillonnage type, la taille de la mémoire-tampon fixe le temps nécessaire pour la saisie avant qu’elle soit remplie. La taille de la bande est insuffisante pour que le DSO puisse détecter un quelconque signal en détail à haute intensité. Le but ultime des créateurs d’oscilloscopes est d’élaborer un appareil spécifique qui répond aux attentes des utilisateurs en terme de rapidité, de fréquence et de précision.

Oscilloscope analogique vs numérique

La plupart des ingénieurs-électroniciens utilisent dans l’exercice de leur fonction un oscilloscope analogique. Toutefois, la majorité des fonctionnalités de ce modèle sont également retrouvées dans un oscilloscope numérique. Aussi, ce dernier a su remplacer progressivement l’oscilloscope analogique. Pour un ingénieur ou un technicien qui souhaite se procurer un appareil analogique, le choix sera très limité. En effet, seuls quelques fabricants le proposent encore et les modèles en vente sont souvent d’une ancienne conception et d’une performance limitée. Même s’il existe encore des ingénieurs qui apprécient l’aspect extérieur et la chaleur des oscilloscopes analogiques, il n’y a guère de fonctions analogiques qui ne puissent être surpassées par le numérique.

Les critères de choix d’un oscilloscope

La bande passante est la spécification que la plupart des ingénieurs considèrent en premier lorsqu’ils sélectionnent un oscilloscope. En règle générale, la bande passante de votre oscilloscope doit être au moins cinq fois supérieure à la fréquence d’horloge numérique la plus rapide de votre système testé. La fréquence d’échantillonnage représente la vitesse à laquelle le convertisseur analogique-numérique (ADC) de l’oscilloscope est numérisé afin de numériser à son tour le signal entrant. La quantité de mémoire dont vous avez besoin dépend de la durée totale pendant laquelle vous allez effectuer la mesure. Si vous essayez de capturer une longue période avec une haute résolution, vous aurez sûrement besoin de plus de mémoire. La plupart des oscilloscopes sont dotés de deux modes d’échantillonnage : l’échantillonnage en temps réel (RST) et l’échantillonnage équivalent en temps (ETS).

Comment choisir le meilleur logiciel de modélisation ?
Plastique thermoformé : quels avantages ?